Produit ajouté à votre panier
Valider le panierContinuer la commande
PARENT-ENFANT

Rencontre avec un orphelinat à Tokyo

Rencontre avec un orphelinat à Tokyo
Grâce à Yuki, une amie japonaise, vivant en France, nous sommes allés à la rencontre d'enfants vivant dans un orphelinat à Tokyo.
 
Suite à une intoxication alimentaire au Gyosas pour Edouard la veille, je suis partie seule avec Constance. 
 
^^ activité à faire avant ses 18 ans : chanter en se prenant pour une star dans le métro de Tokyo : DONE! ^^
 
L’orphelinat se situe derrière un hôpital.
 
 
Nous avons été accueillies par Yuko, employée à l’orphelinat, en congé ce jour là. L'orphelinat est une maison, avec plusieurs pièces, chacune étant dédiée au sommeil, à la toilette, au repas et au jeu. Il y a également un petit bout de jardin avec des balançoires, des toboggans et un bac à sable.
 
 
 
L’orphelinat héberge 35 enfants, âgés entre 0 et 2 ans. Après cet âge, les enfants sont accueillis dans des familles d’accueil.
 
Il m’est difficile de trouver les mots pour aller dans le vif du sujet…
 
Avant cette visite, je pensais que dans un orphelinat, il y avait uniquement des enfants dont les parents étaient décédés. En réalité la majorité des enfants ici, ont des parents vivants et pour la plupart d’entre eux, soit leurs mères ne souhaitaient pas les avoir, soit elles n’ont pas de revenus financiers suffisant pour les accueillir ou soit elles ont un handicap mental.
 
Les dames qui s’occupent des enfants à l'orphelinat sont très aimantes et joyeuses.
 
Plusieurs questions me viennent à l’esprit : Comment grandit-on quand l’odeur, le son de la voix, le toucher de ses parents sont absents ? Comment se construire quand la base parentale est absente ?  Comment vivre sans connaître l’histoire de ses parents, de ses ancêtres ? Comment se sentir en sécurité quand je vois que nos enfants ressentent de temps à autre de l’insécurité ?
 
Etonnamment, je ne me suis pas sentie triste. J’ai été fascinée par le regard de ces enfants et leur curiosité à notre égard. Ils semblaient heureux et joyeux.
 
Ces enfants symbolisent la vie. Avoir partagé ces instants uniques, intemporels avec eux me rappelle l’universalité et l’humanité de notre monde. Je tiens également à écrire ma profonde gratitude vis-à-vis de ces femmes qui tous les jours font leur maximum pour rendre les deux premières années de vie de ces enfants, les plus douces et respectueuses possibles.
 

PARENT-ENFANT